Enquête policière

L'autre soir, je me faisais la réflexion suivante: bosser sur soi, quel boulot, quelle enquête !

 

Comme une enquête policière en fin de compte : faire des liens, découvrir l'origine des comportements inappropriés apportant de la douleur, reconstituer le fil de mon histoire...

 

Sauf que mon collègue n'est autre que moi-même ou une autre partie de moi, ou aussi quelques proches personnes de mon entourage; je ne rends de compte à personne d'autre qu'à moi-même aussi; mon collaborateur pourrait s'appeler mon thérapeute; et la victime, encore moi dans l'histoire.

 

Et puis je me suis rappelée que plus jeune, je voulais travailler dans la police scientifique pour comprendre et déceler ce qu'avaient dans la tête les tueurs en série.

 

Et depuis que je travaille dans mon propre poste de police, plus je démêle les non-sens transmis, je me reconnecte à la vie et à ses beaux côtés et moins j'ai de curiosité pour ce genre d'individus et les polars qui leur font honneur.

Je les comprends moins car d'une certaine manière, je leur ressemble de moins en moins. Non pas que j'étais proche de Dexter, mais plutôt que ma construction d'humaine fait que l'on a tous le potentiel de se diriger autant vers des comportements proches de ceux d'Amma que ceux d'Hitler, alors, la vraie question est de savoir ce que je choisis, ce que vous choisissez ?!

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0